Créer mon blog M'identifier

EXCEL SAGA, LA CRITIQUE !

Le 16 novembre 2016, 13:32 dans Humeurs 0

Excel Saga est un anime d’action, de science-fiction et de comédie, de 26 épisodes. Il est basé sur le Manga du même nom du célèbre Rikdo Koshi.

 

Excel est une guerrière qui essaie part tout les moyens de rendre son maître plus puissant et de satisfaire tous ses plaisirs, Lord Il Palazzo. Les aventures d’Excel et son partenaire tout autant disjoncté qu’elle, les mènent à travers tous les recoins du monde, en rencontrant des personnages tout autant bizarres et intéressants les uns que les autres. Cet anime se moque de tous les autres genres d’animes avec un humour loufoque qui rappelle les comédies américaines du même genre.

 

Excel Saga est un anime qui était diffusé à les fins des années 90. La technologie de cette époque n’est pas aussi avancée que celle de ces dernières années, ceci dit l’anime réussit à utiliser ce défaut à son avantage. Ce qui rend cet anime d’autant plus réussit est le fait qu’il est centré sur la comédie. Les connaisseurs des animes et mangas de cette époque, feront le rapprochement entre cet anime et deux autre à savoir Girl Utena et Azumanga Daioh.

 

Comme on l’a précisé auparavant, cet anime a pour but de ridiculiser plusieurs autre animes ou plutôt d’en faire l’éloge d’une manière comique. Alors si vous me demandez qu’elle est le synopsis de cet anime, la réponse est assez simple, il n’y en a pas !

 

Ceci dit, je vais néanmoins vous faire un petit résumé pour ceux que çà intéresse. Excel Saga retrace les exploits de ACROSS dans leur progression afin de conquérir F City. Il est assez difficile d’entrer plus dans les détails car pour ceux qui désire connaître les détails et les aboutissements de l’histoire, devront commencer par lire le Manga, car l’anime ne retrace pas le Manga mais il le complète ce qui est une chose qui le différencie des autres adaptations de Manga en anime et qui le rend d’autant plus intéressant. Un autre particularité de cet anime, est que chaque épisode à son propre thème, par exemple un épisode est sous un thème musical, un autre est sous le thème d’action et un autre est sous le thème sérieux sans aucun gags ce qui est plutôt bizarre, il faut dire que tout l’anime est plutôt bizarre. Avec cette astuce de production par thème, chaque épisode se moque d’un des phénomènes de Pop culture ou d’autres effets de mode de l’époque, quelques unes d’entres eux sont toujours connues de nos jours. Un des épisodes est consacré à parodier les animes méchas genre Gundam.

 

L’anime Excel Saga, se compose de trois groupes de personnages que l’histoire se concentre sur, à savoir : ACROSS, la sécurité publique et PEDRO. ACROSS est le groupe principal composé de Excel et de Hayatt ainsi que du Lord Palazzo et de Menchi, on peut les considérer comme les personnages principales de l’anime et que toutes les autres histoires dérivent d’eux. Menchi possède même quelques épisodes totalement consacrés à son histoire et à son désire de liberté. C’est assez fascinant comme on n’est transporté par l’histoire de ce chien qui ne parle même pas. Palazzo est plutôt ordinaire et c’est à mon avis subjectif le moin intéressent des quatre. Hayatt est l’héroïne de base, d’une beauté sans égale et d’une intelligence et d’une efficacité maximale quand il s’agit de son boulot. Excel est l’opposé de Hayatt, un peu folle et excentrique, et déborde d’énergie qui l’amène à des situations des plus uniques.

 

Je peux aller un peu plus loin et de décrire les autres groupes de personnages un par un, mais je vous laisse découvrir cet anime unique dans son genre et totalement fou !

 

Ma note personnel : 7/10 !

 

Mirai nikki : ma deuxième critique

Le 29 mai 2016, 04:48 dans Humeurs 0

Aujourd’hui je vous présente l’anime référence dans le genre horreur, Mirai Nikki.

Mirai Nikki est un anime de 26 épisodes basé sur le manga du même nom écrit et dessiné par Sakae Esuno. L’anime se situe dans les genres suivant : Action, horreur et suspense. L’anime a été diffusé au Japon dans la fin de l’année 2011 et dans le reste du monde pendant l’année qui a suivi.

L’anime raconte l’histoire un jeun garçon, Yukiteru Amano. Un garçon qui vivait dans la solitude par choix et qui passait ses journées à écrire un journal intime dans son téléphone, son seul ami est Deus Ex Machina le dieu du temps et de l’espace, qu’on croyait au début être un ami imaginaire, comme tout garçon de ce genre pourrait avoir. On va s’apercevoir par la suite que Deus est réel quand il oblige Amano à participer à une Battle Royale avec 11 autres participants. Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, Battle royale est une compétition entre plusieurs individus dont un seul sort gagnant, le dernier qui restera vivant. Le principe de cette bataille, tourne autour des téléphones portables des participants qui leur permettent de prédire l’avenir et leur confèrent des pouvoirs particuliers à chacun, ainsi chaque participant bénéficie d’un avantage mais aussi d’un inconvénient. Le gagnant de cette bataille royale sera couronné Dieu, mais çà ne sera pas facile pour notre Yukiteru, car une mystérieuse jeune fille qui semble obsédée par lui, le suit partout !

L’animation et les dessins de l’anime Mirai Nikki est d’une qualité ordinaire comparé à d’autres animes du genre, mais çà reste d’une qualité agréable à regarder. Ce qui caractérise en particulier cet anime est le sang qui gicle de partout avec des morts et des cadavres déchiquetés, il est de tout évidence, un des animes les plus gores que je n’ai jamais regardé. Pour les amateurs de grosses poitrines, il y en a aussi. Etant un amateur de musique japonaise, cet anime m’a énormément attiré grâce au musique omniprésente tout au long de chaque épisode.

Le scénario de cet anime ne ressort rien d’innovant car la plupart des idées de base ont été inspiré par des films ou des séries comme Battle royale, Hunger Games et j’en passe, ceci dit il a emprunté des idées qui ont prouvé leur réussite et les mélange parfaitement. Pour une personne aussi perfectionniste que moi, j’ai été extrêmement déçu par le déroulement de l’histoire et les points noirs qui restent inexpliqués et quelques autres qui sont carrément flous. Néanmoins, pour une personne qui aimerai juste se poser devant son écran et regarder une bonne série pleine de terreur (si on veut) et avec du suspense et de l’action, c’est l’anime parfait que je pourrai vous recommander.

Comme j’ai déjà précisé, il y a 11 participant à cette compétition sans compter Yukiteru Amano. Tout au long des 26 épisodes de l’anime, on va connaître l’histoire de chacun d’eux, Akise reste mon personnage préféré, même plus que notre héros que je trouve plutôt antipathique. Chaque participant possède sa propre histoire avec une personnalité unique, chacun a vécu une tragédie qui l’a conduit à participer à cet événement. Imaginer que quelques uns des psychopathes qui participe à cette compétition pourrait devenir un dieu est une idée qui me donne la cher de poule car qu’est ce que ferait un dieu de ce genre avec des pouvoirs divins. Mais chacun a ses propres raisons de gagner cette bataille, et fera tout son possible pour y arriver, qui les poussera des fois à commettre des actes impardonnables et il faut le dire, des fois on apprécie la mort atroce qui les touche.

Dans les derniers épisodes de l’anime, on apprécie beaucoup le changement d’atmosphère qui s’illumine un peu après tant d’horreur et de drame.

Ma note pour cet anime : 6/10. Malgré des ingrédients et des idées dans l’histoire qui semble réussi, l’histoire nous laisse une peu déçu à la fin et les animations laisse à désirer !

Nagi No Asukara : Ma première critique

Le 16 mai 2016, 00:56 dans Humeurs 0

Ma première critique va être pour l ‘anime Nagi No Asukara, une série assez peu connue de 26 épisodes qui m’a agréablement surpris. L’anime fait partie du genre dramatique et fantastique diffusé au Japon dans l’année 2013 basé sur le manga du même nom par la maison d’édition Project-118. Nagi No Asukara a été diffusé par le studio PA réalisé par Toshiya Shinohara, vous pouvez le regarder en streaming légal sur Crunchyroll.

L’histoire de l’anime Nagi No Asukara se produit dans un monde fantaisiste où l’humanité vivait il y a longtemps dans l’océan. Un grand nombre d’humains qui aspirait à vivre sur la terre décident de quitter les océans et de s’installer sur la terre ferme quittant par la même occasion leur uniforme donné par le dieu des océans afin de pouvoir vivre sous les mers. L’humanité se sépara alors en deux peuples, le peuple vivant sur la terre ferme et le peuple vivant sous les océans qui à travers le temps sont devenu différents dans tous les domaines. Cette situation de séparation va changer quand un jeune garçon nommé Tsumugu Kihara vivant sur la terre ferme va se lier d’amitié avec quatre autres étudiants du peuple de sous les océans.

Les animations et les dessins sont la première chose qui m’ont plu dans l’anime. Le plus impressionnant dans l’anime Nagi No Asukara est la conception de deux mondes différents, à chacun d’eux leur propre spécificité. Le monde des océans reste le plus impressionnant et j’ai passé un agréable moment à le découvrir dans les premiers épisodes mais il faut aussi dire que les paysages du monde de la surface sont tout autant impressionnants. Sans oublier la musique qui accompagne ces découverte qui colle parfaitement aux images, ainsi que les deux chansons de l’Opening et l’Ending, même si je l’avoue j’ai une préférence pour l’Opening que j’ai ajouté tout de suite à ma liste des meilleurs Opening d’anime japonais.

Nagi n’est pas un anime de d’action, mais un anime qui vous touche par les sentiments d’ailleurs toutes les autres critiques du Manga mettent le point sur ce coté de l’anime et le considère comme un des meilleurs de sa catégorie. Je l’avoue, quelques larmes ont coulé pendant quelques épisodes et je ne suis pas quelqu’un qui pleure facilement. Au début et vu le synopsis de l’anime, on peut facilement croire que c’est anime politique qui se concentre sur la relation entre deux peuples : Le peuple de la surface et le peuple de l’océan, mais quelques épisodes vous font remarquer que la majorité de l’anime tourne autour de quelques relations d’amour et d’amitié qui vous conduisent rapidement à s’attacher à un ou deux personnages de l’anime et de vous voir dans ces relations. C’est un des cotés qui m’ont un eu déçu dans l’anime Nagi, la majorité de l’histoire se concentre sur les relations humaines et ne conne pas assez d’importance à la relation entre les deux peuples et les problèmes que la différence des deux peuples peut soulever.

Dans la première partie de l’anime, on nous présente cinq personnages principales : Quatre étudiants du monde de l’océan et Tsumugu. Un autre personnage principal va être introduit dans la deuxième partie de l’anime. Je vais rapidement vous présenter ses personnages principales de Nagi No Asukara : Hikari, Manaka, Kaname, et Chisaki sont les quatre étudiants du monde des océans, chacun des quatre jeunes garçon est amoureux et essaie que se relation d’amour n’affectent pas l’amitié qui le relie aux autres. Comme dans chaque compte de fées ces histoires d’amour vont finir de la façon la plus belle, les relations réussissent et les amitiés restent intactes. Tsumugu est un garçon du peuple de la surface, cependant il a des origines le liant à un ancêtre qui vivait autre fois sous les mers. Il a un amour naturel pour les mers et les océans et passent ses journées à contempler la beauté des océans assis sur le sable des plages.

Je ne vais pas vous parler pus de cet anime, je vous laisse le découvrir vous même mais je vous assure et je vous garanti que vous allez apprécier la série.

Ma note personnelle : 8/10.

Voir la suite ≫